22 avril 2021 Mieux comprendre l'électricité

Le chauffage électrique a énormément évolué au cours de ces dernières années. Il est aujourd’hui beaucoup moins gourmand en énergie, devenant ainsi un allié pour la planète et pour votre portefeuille ! C’est aussi un gage de confort thermique. Grâce aux technologies connectées et à la domotique, le consommateur dispose en plus d’un excellent moyen de contrôler son chauffage avec précision et de suivre sa consommation en temps réel. Voyons en détail tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Quelles sont les différentes énergies pour chauffer sa maison ?

Pour le chauffage individuel de votre logement, vous avez généralement le choix entre quatre grands types de sources d’énergie. Faisons un petit tour d’horizon pour y voir plus clair.

Le chauffage thermique au gaz : le plus populaire

Plébiscité par les français, le gaz de ville est l’énergie de chauffage équipant déjà quelques 11 millions de logements. Il a l’avantage d’offrir un grand confort thermique et une utilisation simple, mais n’est disponible qu’en zone urbaine. Il est acheminé par le gestionnaire réseau, généralement GRDF, et son prix dépend des fluctuations du marché. Le GPL (Gaz de Pétrole Liquéfié) est lui peu utilisé, mais peut s’avérer être une alternative intéressante car moins polluante.

Le chauffage thermique au fioul : en perte de vitesse

Le fioul est un combustible dérivé du pétrole. Il nécessite l’installation d’une cuve placée à l’intérieur ou à l’extérieur du logement, enterrée ou aérienne, qui doit être remplie à intervalles réguliers. Le fioul alimente 12% des foyers français, principalement dans les campagnes ou les zones péri-urbaines. Il assure également un bon confort thermique. Son principal inconvénient est d’être très polluant, car il rejette du CO2. Il émet ainsi 7 fois plus de CO2 que le chauffage électrique. Par ailleurs, dans le cadre de la RE2020, la réglementation environnementale pour les bâtiments neufs, il est amené à disparaitre dans les 10 ans.

Le chauffage au bois : le moins cher

Le bois est l’énergie la plus économique pour se chauffer. Il faut compter 5,90€ pour 100 kWh contre 17,58€ pour l’électricité . Il utilise une énergie renouvelable qui minimise son impact sur l’environnement. Le bois a néanmoins un inconvénient sérieux, celui d’avoir un pouvoir calorifique faible. Et à moins d’investir dans un insert, un poêle à granules dernière génération ou encore d’une chaudière à bois, qui représentent un investissement important, la chaleur n’est pas très homogène.

Les panneaux solaires : le plus écologique

Les panneaux solaires ont l’avantage de profiter d’une énergie inépuisable et non polluante mais d’une production aléatoire, surtout si vous habitez une région peu ensoleillée. Que vous installiez des panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques, l’investissement de départ reste assez lourd.

 Différents des panneaux photovoltaïques qui transforment l’énergie solaire en électricité pour alimenter tout votre logement, les panneaux solaires thermiques sont, quant à eux, principalement destinés à la production d’eau chaude sanitaire.

En effet, les panneaux thermiques transforment l’énergie solaire en chaleur, transportée par un fluide caloporteur (généralement un mélange eau / glycol) qui restitue l’énergie à un ballon de stockage qui sert de réserve tampon. Un système de régulation priorise alors l’énergie solaire quand elle est disponible. Il existe également des systèmes solaires combinés qui peuvent en plus être relié au circuit de chauffage. Si l’ensoleillement n’est pas suffisant, c’est alors le système de base (chaudière, pompe à chaleur) qui prend le relais.

Le chauffage électrique : le plus simple

En France, plus de 8 millions de résidences principales sont équipées de chauffages électriques, ce mode de chauffage étant devenu très populaire au fil des années. Son grand atout : pas de cuve, ni de chaudière, donc un gain de place et une installation rapide et facile. Cependant, elle reste relativement onéreuse, du fait de l’augmentation régulière des tarifs de l’électricité et avec un prix au kWh parfois jusqu’à 2 fois plus élevé que le gaz Indépendamment du type de chauffage électrique utilisé, c’est l’idéal pour un petit logement et pour une maison ou un appartement bien isolé.

Quels sont les différents types de chauffages électriques ?

Le chauffage électrique équipe 41% des foyers français, un chiffre en progression constante depuis les années 1990. Il représente même 80% des installations dans les logements neufs. Ce mode de chauffage a l’avantage de ne demander qu’un investissement de départ modeste, d’être facile à installer et de ne pas nécessiter d’entretien lourd.

Quel chauffage électrique choisir ? Zoom sur les différents radiateurs électriques

Il existe de nombreux types d’appareils électriques : à convection, rayonnants, soufflant, halogène et enfin, les plus récents, à inertie.

différents chauffages électriques

Les radiateurs à convection ou convecteur électrique

Radiateurs les plus fréquemment installés dans les logements, les radiateurs à convection, également appelés convecteurs électriques fonctionnent en récupérant l’air ambiant d’une pièce. Récupéré par la partie basse du radiateur, cet air est chauffé par une résistance. L’air chaud est alors restitué par la partie haute du radiateur. Accessible à des tarifs très raisonnables, ils sont plébiscités pour leur simplicité d’installation et d’utilisation. Il faut noter néanmoins quelques inconvénients : une diffusion de la chaleur irrégulière, un air ambiant asséché ou encore une consommation électrique importante et difficilement maîtrisable à moins d’installer une solution de pilotage comme le boîtier connecté Voltalis.

Les radiateurs à inertie

Dernier né des radiateurs électriques, les radiateurs à inertie permettent d’obtenir à la fois confort, performance et économies ! Leur fonctionnement ? L’inertie thermique d’un matériau chauffé par une résistance électrique. Celui-ci peut être de la brique ou de la fonte, auquel cas on parlera d’inertie sèche, ou un fluide caloporteur (huile, eau…), et on parlera d’inertie fluide. La chaleur accumulée est diffusée dans la pièce, permettant de chauffer même quand le radiateur n’est plus alimenté en électricité !

Les radiateurs à accumulation

Les radiateurs à accumulation fonctionnent en stockant la chaleur accumulée. Un cœur de chauffe, constitué d’un matériau accumulateur et réfractaire, stocke la chaleur produite par une résistance et la diffuse même lorsque le chauffage est éteint. Si ce type de radiateur permet de faire des économies d’énergie (avec un abonnement heures pleines/creuses) et d’offrir un très bon confort thermique, il a pour inconvénients d’être lourd et imposant, en raison du cœur de chauffe et d’être difficile à régler au niveau de la température.

Les radiateurs plinthes par convection

Se fixant au bas du mur, les radiateurs plinthes chauffent l’air au sol pour ensuite le diffuser par convection le long des murs. Ils sont discrets et peu encombrants, parfaits pour des combles ou des petites pièces.

Les radiateurs halogènes

Les radiateurs halogènes ou radiateurs à infra-rouges courts fonctionnent par rayonnement. Ils ne chauffent pas l’air ambiant, uniquement les personnes ou les objets situés à proximité. S’ils sont très abordables, leur performance est mauvaise et ils sont de plus en plus délaissés pour des technologies plus avancées.

Les radiateurs à panneaux radiants ou rayonnants

Les radiateurs électriques à panneaux radiants ou rayonnants utilisent la technologie infrarouge : une plaque métallique est chauffée par une résistance électrique pour ensuite diffuser la chaleur par rayonnement. Ils procurent une chaleur homogène sans être trop gourmands en énergie.

La pompe à chaleur ou PAC, une technologie récente

L’installation de pompes à chaleur est en constante croissance, leur succès s’expliquant par leur grande performance. Leur fonctionnement est simple : l’énergie est récupérée par échanges thermiques à l’extérieur de l’habitation pour pouvoir être ensuite diffusée dans les pièces via les appareils de chauffage.  À savoir : la PAC produit un surplus d’énergie, ce qui la rend particulièrement attractive en termes d’économies d’énergie.

La chaudière électrique, sûre et performante

Encore marginale car gourmande en énergie, la chaudière électrique a pourtant de nombreux atouts. Son principe est le suivant : des résistances électriques sont immergées dans l’eau pour la chauffer. Cette dernière est ensuite distribuée aux radiateurs ou à un plancher chauffant par le circuit de chauffage central. Son rendement thermique est optimal et elle ne nécessite que peu d’entretien.

Les planchers chauffants électriques : une chaleur diffuse

Le chauffage électrique au sol est généralement réalisé en phase de construction du logement car il doit être intégré au sol avant la pose du revêtement. Il offre une chaleur homogène et confortable. Des fils conducteurs entourés d’un isolant sont placés sous le revêtement de sol, et sont donc invisibles : gain de place garanti !

Les plafonds chauffants : une performance maximale

Alliant confort thermique et esthétique, le plafond chauffant est un choix judicieux. Son principe ? Le rayonnement, qui chauffe les personnes et les objets (et non pas l’air), grâce à un film ou des modules chauffants disposés sur une structure métallique fixés au plafond. Il faudra cependant une hauteur sous plafond d’au moins 2m40 pour éviter tout risque de surchauffe. Il est plus efficient que le plancher chauffant car la chaleur traverse uniquement une fine épaisseur de plâtre et non une chape de béton, et le rayonnement est maximal.

Les murs chauffants : pour les pièces peu encombrées

Les murs chauffants sont aussi installés en phase de construction car ils réduisent l’espace vital, les murs étant plus épais. Ils peuvent toutefois être rajoutés lors d’une rénovation. Ils offrent un bon confort thermique, mais uniquement si la pièce est peu encombrée car les meubles bloquent la chaleur.

Quel est le type de chauffage électrique le plus économique en termes de prix ?

Selon les spécificités propres à votre logement, optez pour l’utilisation du chauffage électrique qui vous fera faire le plus d’économies sur votre facture.

Radiateurs électriques : adoptez les technologies récentes

Les radiateurs à convection, disponibles à des tarifs raisonnables (entre 50€ et 300€), représentent une solution de choix, surtout lorsqu’ils sont raccordés à une technologie connectée qui permet de maîtriser sa consommation. Les radiateurs électriques les plus récents, et aussi les plus économiques en termes de consommation, sont les radiateurs à inertie. Leur prix varie de 400€ à 1 200€, mais ils permettent de faire de belles économies d’énergie.
S’ils emmagasinent aussi la chaleur, les radiateurs à accumulation ont quant à eux, une technologie moins pointue et sont plus onéreux, comptez entre 700 € et 2 000€.
Avec une entrée de gamme à 200€, les radiateurs à panneaux rayonnant offrent un bon confort thermique et une consommation limitée. Très peu chers à l’achat, entre 10€ et 30€, les radiateurs soufflants sont un chauffage d’appoint efficace mais ponctuel car gros consommateurs d’énergie. Les radiateurs plinthes sont recommandés pour les petites surfaces, car ils coûtent entre 90€ et 500€ du mètre linéaire. Les radiateurs à convection sont bon marché, à partir de 20€, mais ne chauffent pas uniformément les pièces.
Enfin, si les radiateurs halogènes sont très abordables, entre 35€ et 400€ selon les modèles, ils ne sont pas adaptés à un logement car ils ne diffusent la chaleur que sur une surface très limitée.

Chaudières électriques : énergivores mais performantes

La chaudière électrique a l’avantage d’avoir un grand rendement thermique, proche des 100%. Elle peut venir remplacer une chaudière au fioul ou au gaz dans une installation à chauffage central déjà existante. Vous aurez un minimum d’entretien, donc pas de coûts supplémentaires. Côté investissement, comptez entre 800€ et 900€ pour un modèle classique, et entre 8 000€ et 10 000€ pour un modèle à ionisation. À savoir : les nouveaux modèles à basse température vous feront économiser jusqu’à 15% d’énergie !

Pompes à chaleur

Si l’installation est un gros investissement, les pompes à chaleur sont rentables sur le long terme. Vous pouvez en outre profiter d’aides de l’État, telles que maPrimRénov’. Pour une pompe à chaleur air-eau, un budget de 60€ à 90€ / m2 est à prévoir, soit une installation complète entre 8 000€ et 16 000€. Pour cette technologie, le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) vous permet de bénéficier d’une réduction de 30% sur ces dépenses. Une pompe à chaleur air-air aura un coût similaire mais ne pourra pas produire de l’eau chaude. Une pompe à chaleur géothermique représente un gros investissement, jusqu’à 40 000€, mais réduit votre facture de chauffage par 3 ou 4. Au bout de quelques années, votre système est rentabilisé.

Planchers, plafonds et murs chauffants : coût de fonctionnement élevé

Les planchers, murs et plafond chauffants sont à réserver à une petite surface, dans un logement doté d’une bonne isolation. En effet, leur coût de fonctionnement est important car lié directement à la consommation électrique. Côté investissement, comptez 90 à 100€ du m2 pour un plafond rayonnant, et 50 à 60€ pour un plancher chauffant, et 60 à 100€ pour un mur chauffant.

Comment bien choisir son chauffage électrique ?

Avant d’investir dans un mode de chauffage électrique, il faut que vous connaissiez l’usage que vous allez en faire, ainsi que le budget dont vous disposez.

Pour un appartement, les radiateurs électriques représentent la solution la plus simple. Ils peuvent aujourd’hui être programmés grâce à des applications dédiées pour améliorer son confort et réduire sa consommation.

Pour une maison avec de plus grands volumes, il faudra préférer une solution comme une pompe à chaleur dont l’installation bénéficie d’aides de l’État. L’investissement de départ est toutefois assez important. Une chaudière électrique vous apportera confort, sécurité et facilité d’utilisation et pourra venir remplacer une chaudière au fioul.

Quelle est l’empreinte carbone du chauffage électrique ?

Si le chauffage électrique ne produit pas de CO2 lors de son utilisation, il en rejette lors de la production de l’énergie électrique qui permet de le faire fonctionner. Ces émissions de CO2 sont particulièrement importantes lors des baisses de température. Car pour produire suffisamment d’énergie de chauffage en période de froid le système électrique a souvent le recours aux centrales thermiques d’appoint.

L’électricité en France est générée par différents moyens de production : nucléaire, hydraulique, thermique, éolien, solaire,… Ces sources ont des impacts très différents sur l’empreinte carbone. Une centrale à charbon émet plus de CO2 et pollue ainsi plus que les sources d’énergies renouvelables comme le vent ou le soleil.

Selon l’ADEME, et sa méthode de calcul « mensualisée par usage », le chauffage électrique émet aujourd’hui 79gCO2/kWh. Le chauffage électrique est donc largement préférable en termes de bilan carbone que le chauffage fossile (gaz, fioul, …) mais reste au-dessus de l’empreinte carbone des pompes à chaleur ou encore du bois, s’il est géré durablement.

Pour participer à la réduction de l’empreinte carbone, il suffit de quelques gestes simples : diminuer son chauffage d’1°C, équiper ses fenêtres de volets ou rideaux pour garder la chaleur, programmer ses radiateurs pour qu’ils consomment moins en cas d’absence avec des solutions comme Voltalis.

Comment bien régler et gérer son chauffage électrique ?

Savez-vous qu’il existe aujourd’hui des outils pour vous permettre de gérer facilement votre chauffage électrique, vous faciliter la vie et améliorer votre confort ?  Thermostats ou boitiers connectés, programmateurs, gestionnaires d’énergie… On vous dit tout !

thermostat sur radiateur électrique

Thermostat connecté : ajustez et programmez votre consommation

Le thermostat programmable connecté vous permet d’ajuster la température de votre logement directement depuis votre smartphone ou votre ordinateur. Vous pouvez aussi programmer des plages horaires de chauffe. Une application telle que MyVoltalis va permettre de programmer vos radiateurs pièce par pièce et d’éteindre/allumer vos appareils à distance quand vous êtes absent, vous faisant ainsi faire de belles économies d’énergie !

Programmateur : chauffez selon vos besoins

Inutile de chauffer votre habitation quand vous êtes au travail ! Le programmateur vous permet d’établir des plages horaires de chauffe pour gérer au mieux votre consommation. Vous pouvez choisir les heures et les jours de la semaine pour gérer votre chauffage en fonction de votre emploi du temps. Inconvénient principal : n’étant pas doté d’une sonde / d’un thermostat, il ne permet pas de régler la température du logement.

Thermostat d’ambiance programmable : une chaleur constante

Simple d’utilisation et nécessitant peu d’investissement, le thermostat d’ambiance permet de maintenir une chaleur constante dans votre logement. Équipé d’une sonde de température, il va pouvoir lancer les radiateurs électriques quand la température ambiante chute, et les couper dès qu’il fait assez chaud. Ainsi, pas de surchauffe du logement et des économies sur le long terme. Son principal défaut : il ne tient compte que de la température de la pièce dans laquelle il est installé !         

Gestionnaire d’énergie : contrôlez votre consommation

Le gestionnaire d’énergie permet de piloter vos appareils électriques et d’optimiser leur consommation. Grâce à cet appareil, et s’il est couplé à un thermostat, vous êtes en mesure de définir une température idéale pour chaque pièce de votre logement. Il limite aussi votre consommation en privilégiant les heures creuses pour le fonctionnement de vos équipements les plus énergivores, vous faisant ainsi réaliser des économies.

Radiateurs connectés : confort et économie

Le radiateur connecté dispose d’un système de pilotage à distance via une application sur votre smartphone. Si vous vous absentez, vous pouvez par exemple diminuer la température de vos radiateurs depuis votre écran. En cas d’imprévu, que vous rentriez plus tôt ou plus tard, vous pouvez également gérer le fonctionnement de votre chauffage.

Comment calculer la consommation d’électricité des radiateurs ?

La part de la consommation des appareils de chauffage, à savoir radiateurs et ballon d’eau chaude, représente 77% de la consommation totale d’un logement chauffés au tout électrique! Il faut donc essayer dans la mesure du possible de limiter cette consommation.

Calculer la consommation électrique de ses équipements

La consommation électrique s’exprime en kWh ou kilowattheure. On prend en compte 3 données :

  • La puissance de l’appareil, qui est exprimée en Watts ;
  • Le nombre d’heures par jour durant lesquelles l’appareil fonctionne ;
  • Le nombre de jours par an durant lesquels il fonctionne.

À partir de ces éléments, on fait le calcul suivant :

consommation (kWh) = (nombre d’heures de fonctionnement x nombre de jours x puissance) / 1000

Pour chauffer une pièce de 15 à 20 m², il vous faut un radiateur de 1 500 W. Il consomme :

(1,5(kW) x 4 (h) x 30 (jours)) / 1000 = 180 kWh

S’il fonctionne 4 heures par jour, et que le prix du kWh est de 0,1781 €, on fait le calcul :

180 (kWh) x 0,1781 (€) = 32, 058 €

Votre radiateur électrique vous coûte environ 32 € par mois.

Pièces de monnaie sur le régulateur de température d'un radiateur

Heure pleine / heure creuse

Contrairement à un abonnement de base avec tarif horaire unique, un abonnement heures pleines / heures creuses est basé sur une grille tarifaire différente en fonction des heures de la journée.

Les heures pleines correspondent aux 16 heures durant lesquelles le prix du kWh est 10% plus cher que le tarif de base.

Les heures creuses sont les 8 heures durant lesquelles le prix du kWh est 25% moins cher que le tarif de base. Elles sont généralement programmées la nuit, sur 8h consécutives, ou plus rarement entre la nuit (6h30) et le jour (1h30). Tout dépend de votre localisation géographique.

Suivre, analyser et gérer sa consommation

Grâce à des boitiers connectés, vous êtes en mesure de suivre en temps réel votre consommation d’électricité et de l’analyser. Vous pouvez ainsi voir la consommation de votre ballon d’eau chaude, de vos radiateurs, ou encore la consommation globale de votre logement dont vos appareils électroménagers (four, lave-linge, …). Vous êtes alors en mesure de gérer votre consommation, en ne mettant en marche certains appareils qu’en heure creuse.

Conseils pratiques

Pour diminuer votre facture d’énergie, il existe des gestes simples : choisissez un mode de chauffage adapté, installez un programmateur ou, mieux encore, un gestionnaire d’énergie afin de gérer au plus près votre consommation. Si votre abonnement le permet, privilégiez les heures creuses pour la mise en route de certains appareils comme le lave-linge, le kilowattheure y est alors 25% à 30% moins cher, vous garantissant ainsi un meilleur prix.

Optimiser sa consommation avec Voltalis

Le boîtier Voltalis, allié à son application mobile, permet de suivre la consommation en temps réel et de piloter directement les appareils électriques de chauffage et de production d’eau chaude. Vous bénéficiez en outre de diagnostics et de conseils personnalisés pour réaliser jusqu’à 15% d’économies d’énergie.

Comment bien choisir son chauffage électrique ?

Pour choisir un chauffage électrique, vous devez tenir compte des spécificités de votre logement, de la qualité de son isolation, de votre mode de vie et aussi bien entendu de votre budget. Sachez que vous pouvez bénéficier de primes de l’État dans certains cas.

Comment choisir un type de chauffage électrique ?

Les radiateurs électriques sont de loin les plus populaires. Faciles à installer, ils ne nécessitent que peu d’entretien, offrent un large choix de modèles et une performance optimale. Ils peuvent à présent être programmés grâce à des applications dédiées pour consommer au plus près de ses besoins. Ils sont cependant à privilégier pour un appartement ou une petite maison.
Pour une maison avec de plus grands volumes, il faudra préférer une solution comme une pompe à chaleur dont l’installation bénéficie d’aides de l’État. L’investissement de départ est assez important, mais elles s’avèrent très rentables sur le long terme.

Les planchers, murs et plafonds chauffants seront à privilégier dans une maison bien isolée et de surface modeste.

Comment choisir un type de radiateur électrique

Pour choisir un radiateur électrique, au-delà du budget, il faut prendre en compte la superficie de la pièce à chauffer, son orientation et la hauteur sous plafond . Pour un petit logement, une forte puissance n’est pas nécessaire. Attention : acheter un radiateur bon marché peut s’avérer coûteux sur le long terme car moins performants ! Les radiateurs à inertie sont les plus rentables car ils bénéficient d’une technologie de pointe. Ils sont suivis de près par les radiateurs à accumulation, qui sont toutefois plus chers et plus lourds. Un radiateur soufflant sera un bon chauffage d’appoint, très efficace pour chauffer rapidement une pièce. Les panneaux radiants/infrarouges sont à proscrire car gourmands en énergie et peu efficaces.

convecteur électriquepanneau rayonnant à inertieà accumulation
AvantagesPeu d’entretienChauffage rapide
et homogène
Chauffage rapideChauffage rapide et
homogène
ConsommationÉnergivoreÉnergivoreConsommation
énergétique maîtrisée
Le moins
gourmand
en énergie

Vous l’aurez compris, grâce aux radiateurs électriques, couplés aux technologies connectées comme Voltalis, vous disposerez d’un mode de chauffage favorisant le confort thermique, la maîtrise de votre consommation tout en agissant pour la planète. Alors n’hésitez plus !

Restez au courant avec
nos dernières actualités !