04 juillet 2020 Transition énergétique

La transition énergétique de la France est en cours. Elle a principalement pour but de répondre aux préoccupations environnementales et climatiques mais elle va bien au-delà et s’inscrit dans la démarche globale de développement durable. Si aujourd’hui la transition énergétique est un concept dont on parle beaucoup, sait-on véritablement en quoi elle consiste ? Quels sont ses objectifs et quels sont les secteurs impactés ? Voltalis vous donne toutes les clés pour mieux comprendre la transition énergétique.

La transition énergétique : définition

La transition énergétique, ou transition écologique, a pour but de transformer en profondeur les systèmes de production, de distribution et de consommation d’énergies pour en réduire l’impact environnemental et favoriser un modèle énergétique plus durable. Aujourd’hui, l’énergie que nous utilisons est majoritairement issue de ressources fossiles, non renouvelables et polluantes. Mettre en œuvre la transition énergétique, c’est changer de modèle pour tendre vers une société plus sobre, plus efficiente et neutre en carbone.

Pourquoi la transition énergétique est-elle nécessaire ?

Les dérèglements climatiques touchent déjà de nombreux pays. Il est désormais impératif de limiter l’impact qu’a le réchauffement climatique sur notre planète. Ce dernier est essentiellement dû aux émissions de gaz à effet de serre (GES) dont 70% ont pour origine la consommation d’énergies fossiles. Par ailleurs, la raréfaction et l’épuisement des ressources naturelles imposent également d’envisager de nouveaux modèles. Enfin, l’énergie, qui est nécessaire à quasiment toutes nos activités quotidiennes devient de plus en plus chère. Cela soulève des questions de précarité énergétique et de compétitivité pour l’économie.

La transition énergétique ou écologique doit justement permettre de trouver et de mettre en œuvre des solutions nouvelles en faveur du climat et limiter les conséquences sur les populations. À ce titre, l’objectif en France est d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Pour répondre à ces enjeux climatiques, économiques et sociétaux, il est donc nécessaire de mettre progressivement en place un système énergétique plus durable et plus respectueux de l’environnement. Il convient également de placer les citoyens au cœur du dispositif et de leur donner plus d’outils pour les aider à maîtriser leurs consommations. Ces objectifs peuvent notamment être atteints en accélérant le développement des énergies renouvelables, en limitant la production de déchets et en réduisant la consommation globale d’énergie.

Quels sont les piliers de la transition énergétique ?

La transition énergétique est partie prenante des démarches de développement durable. Elle s’appuie sur la prise de conscience liée à l’urgence climatique mais aussi sur le développement de nouvelles technologies pour optimiser la production et la consommation de l’énergie. Ces dernières permettent de proposer des solutions innovantes dans la plupart des secteurs.

La transition énergétique repose sur trois principaux piliers :

  • La sobriété énergétique : réduire notre consommation globale d’énergie en changeant nos modes de vie et nos comportements. Par exemple, favoriser les économies d’énergie, adopter des gestes éco-citoyens, limiter les gaspillages, privilégier des équipements adaptés au besoin, mutualiser certains transports…
  • L’efficacité énergétique : optimiser et réduire la consommation d’énergie liée aux activités humaines en améliorant la performance des bâtiments, celle des processus de production industriels et agricoles ou encore des transports motorisés.
  • La diversification du mix énergétique, notamment avec le développement des énergies renouvelables et de la génération distribuée, c’est-à-dire décentraliser le système et consommer l’énergie là où elle est produite.

Les enjeux de la transition énergétique

La transition énergétique a pour but de répondre aux enjeux et aux nouveaux défis que nos sociétés doivent relever dans de nombreux domaines.

Les enjeux environnementaux et sanitaires 

Bien entendu, l’enjeu majeur et prioritaire de la transition énergétique est la lutte contre le réchauffement climatique. Mais la transition vise également à réduire l’impact environnemental des activités humaines, notamment la pollution de l’air qui affecte les populations. C’est un enjeu de santé publique fort et les actions en faveur des mobilités propres vont dans ce sens. Il en va de même pour la réduction du volume de déchets dangereux comme ceux issus du pétrole ou du nucléaire. Mais surtout la transition énergétique doit permettre de limiter le volume de nos déchets et de mieux valoriser certains d’entre eux pour produire de l’électricité verte.

Les enjeux politiques et économiques 

La transition énergétique, c’est réduire notre dépendance énergétique, en particulier aux énergies fossiles. En France, ces sources d’énergies sont très majoritairement importées et leurs prix sont sensibles aux facteurs géopolitiques. Une plus grande indépendance énergétique peut avoir un impact positif sur la balance commerciale française, sur la stabilité des prix et ainsi favoriser la croissance économique. C’est aussi limiter les dépenses liées à l’énergie des particuliers, des entreprises et des collectivités et leur permettre de consacrer une partie de leur budget à d’autres postes.

Les enjeux sociaux 

En France, on compte 7 à 8 millions de logements qualifiés de « passoires thermiques » qui ont un impact direct sur la précarité énergétique des ménages les plus modestes. Ainsi, de nombreux foyers peinent à payer leurs factures énergétiques, que ce soit pour le chauffage ou le carburant. L’accès à l’énergie est un enjeu clé de la transition énergétique. Le but est de permettre à chacun de bénéficier d’une énergie à prix abordable et surtout plus renouvelable. Enfin, la croissance verte peut être synonyme de création d’emplois dans un contexte tendu de crise économique.

Le saviez-vous ? Selon l’ADEME, le chauffage et la production d’eau chaude représentent 77% de la consommation électrique d’un foyer chauffé au tout électrique. La solution Voltalis aide les particuliers à réaliser des économies et mieux maîtriser leurs consommations, sans changer leur confort. Comment ? On vous explique !

La loi de transition énergétique en France : vers une société bas-carbone

C’est la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) du 17 août 2015 qui pose les grands principes et définit les objectifs de la transition énergétique en France. Cette loi vise notamment à doter le pays d’une stratégie et d’outils pour lutter plus efficacement contre le dérèglement climatique. Dans ce cadre, la baisse globale de la consommation d’énergies et particulièrement celle des énergies fossiles est clé. Objectif principal : atteindre la neutralité carbone en 2050. La loi met aussi l’accent sur l’indépendance énergétique de l’Hexagone et sur un modèle énergétique durable permettant de faire face à la raréfaction des ressources.

Enfin, la loi pour la croissance verte s’intéresse à l’emploi ainsi qu’à la lutte contre la précarité énergétique. Par exemple, elle a institué le chèque énergie pour aider les ménages aux revenus modestes à payer leurs factures. Il existe aussi des incitations pour financer des travaux de rénovation, comme le dispositif des Certificats d’Économie d’énergie (CEE), le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) et MaPrimeRenov’ qui lui succède, l’éco-prêt à taux zéro…

La transition énergétique en France : quels objectifs ?

Les objectifs fixés par la loi et qui concernent à la fois les citoyens, les entreprises, les collectivités territoriales et l’État, sont les suivants :

  • Diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 et les réduire de 40% entre 1990 et 2030,  
  • Réduire la consommation finale d’énergie de 20% d’ici 2030 et de 50% en 2050 par rapport à la 2012, 
  • Développer la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation finale brute d’énergie en 2030, avec comme objectif intermédiaire de 23% en 2020,
  • Réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30% en 2030 par rapport à la référence 2012,
  • À l’horizon 2025, abaisser à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité, 
  • Lutter contre la précarité énergétique des ménages,
  • Réduire de moitié le volume de déchets en décharge à l’horizon 2025,
  • D’ici 2050, atteindre un niveau de performance énergétique conforme aux normes BBC (Bâtiment Basse Consommation) pour l’ensemble des logements,
  • Affirmer un droit à l’accès de tous à l’énergie, sans coût excessif au regard des ressources des ménages.

La loi sur la transition énergétique prévoit également la mise en place d’outils de pilotage comme la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) ou la Programmation Pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui traite le volet énergie. Les collectivités territoriales sont également dotées de nouveaux moyens d’actions leur permettant de mobiliser leurs territoires et leurs citoyens. On retrouve par exemple les Schémas Régionaux Climat Air énergie (SRCAE) ou les Plans Climat Air énergie (PCAET).

Les secteurs prioritaires de la transition énergétique

Afin d’accélérer la transition et d’atteindre les objectifs bas-carbones fixés par le législateur, il est nécessaire de cibler les actions. On va donc se concentrer sur les secteurs qui pèsent lourdement dans les émissions de CO2 et de GES. Mais également sur les gros utilisateurs d’énergie (comme le bâtiment, premier consommateur au niveau national) ou ceux qui présentent un facteur de risque environnemental.  

Décarboner le secteur de l’énergie

  • Développer les énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire photovoltaïque ou l’hydroélectricité. Et favoriser les « nouvelles » énergies vertes (biomasse, biogaz ou déchets renouvelables…)
  • Limiter le recours aux centrales thermiques fonctionnant aux énergies carbonées (fioul et gaz).
  • Arrêt programmé des dernières centrales à charbon françaises d’ici 2022. Selon le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, le charbon fournit seulement 1,18 % de la consommation nationale d’électricité. Mais il génère près de 30 % des émissions de gaz a effet de serre du secteur électrique !
  • Réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique français et renforcer la sécurité de l’industrie nucléaire. Il s’agit également de mettre à l’arrêt certaines centrales et les démanteler, dans le cadre de la transition écologique… Mais il faut bien entendu compenser par d’autres moyens la capacité de production de ces centrales fermées.

Bon à savoir ! La solution d’effacement de consommation électrique de Voltalis est au cœur de la transition énergétique. Un de ses principaux bénéfices est d’aider à limiter le recours à des centrales thermiques polluantes, notamment lors des pics de consommation. Découvrez comment !

Faire évoluer les modes de consommation

  • Réduire la consommation globale d’énergie et lutter contre les gaspillages, alimentaire ou énergétique et plus largement, des ressources naturelles.
  • Favoriser les consommations locales et l’économie circulaire.
  • Privilégier les achats d’équipements durables et peu énergivores.
  • Encourager et développer le tri sélectif comme le recyclage et mieux valoriser les déchets.

Rendre les transports plus propres

  • Les transports sont responsables de près de 30% des émissions de gaz à effet de serre (en équivalent CO2). C’est donc un des secteurs clé de la transition énergétique. L’objectif est de développer les transports propres, à faible émission. À ce titre, la filière des véhicules électriques est encouragée, avec un objectif de 7 millions de points de recharge installés en France d’ici 2030.
  • La loi sur la transition énergétique va toutefois au-delà avec des dispositifs pour améliorer la qualité de l’air dans les zones polluées.

Améliorer la performance énergétique des logements et de la construction 

  • Accélérer la rénovation énergétique des logements existants par des travaux d’isolation des toitures, des combles et des façades ou le remplacement des fenêtres…
  • Améliorer la performance énergétique des bâtiments neufs en favorisant les bâtiments à haute qualité environnementale et à énergie positive. Le but est de limiter leur consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre au maximum.
  • Intégrer des énergies renouvelables dès la conception des bâtiments neufs, particulièrement pour les moyens de chauffage. Par exemple, des pompes à chaleur air/eau ou eau/eau, des chaudières biomasse, des systèmes solaires combinés… Et pour se projeter, des dispositifs de récupération de la chaleur des eaux usées.
  • Favoriser le recours à des matériaux durables pour la construction, comme le bois, la terre cuite, les isolants naturels… ou en utilisant du ciment « zéro carbone ». En effet, la fabrication et l’utilisation du ciment serait à l’origine de 5% des émissions de carbone dans le monde !

La transition énergétique nous concerne donc tous. Elle se compose de solutions qui ne peuvent être mises en œuvre qu’au niveau national, régional ou collectif. Mais chaque citoyen peut y contribuer à son niveau, avec des gestes simples, permettant d’apporter sa pierre à l’édifice. Par exemple faire des économies d’énergies, consommer local, limiter ses déplacements automobiles quand c’est possible et adopter une éco-conduite,… Bref, consommer moins et mieux dans un monde où les ressources se raréfient.

Restez au courant avec
nos dernières actualités !